Bagneux : la plaque en hommage à Ilan Halimi de nouveau profanée, couverte de tags antisémites

Sources:
stele-ilan-halimi
A nouveau, la stèle en mémoire d’llan Halimi a été vandalisée dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2017. Cette stèle commémorant Ilan Halimi avait été érigée en 2011, cinq ans après sa mort, dans la ville où il avait été séquestré et torturé par le «gang des barbares», un groupe persuadé de pouvoir obtenir une rançon de sa famille juive.
Elle avait déjà été brisée en 2015 et rapidement remplacée. Les inscriptions déposées cette fois-ci sont clairement antisémites. Au crime vient donc s’ajouter l’ignominie de l’insulte à la victime. On ne peut que se féliciter que des investigations soient initiées en vue de retrouver les coupables et les juger.
Mais au delà, si on prend en compte les différentes agressions antisémites qui ont eu lieu au cours des derniers mois, la question est posée d’une prévention de ces actes. L’annonce, récente, par le Premier Ministre, d’un plan de lutte contre l’antisémitisme s’attaquant principalement aux discours véhiculés par internet n’est pas suffisante même si elle est utile. Bien que l’antisémitisme possède ses particularités, il est une variété du racisme et ce dernier est toujours le fruit d’une essentialisation et d’une stigmatisation de groupes humains. C’est à tous les échelons de notre société qu’une politique ambitieuse doit être menée pour combattre, autant par des mesures éducatives que répressives, toutes les sources de discrimination, tous les préjugés relatifs à l’origine des êtres humains dont il faut rappeler inlassablement qu’ils sont tous des individus membres d’une seule et unique race.
Publicités